Blog

Cancer Broncho-Pulmonaire - Diagnostic - Auto AC

le . Publié dans Uncategorised

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Signification diagnostique des Auto-Anticorps (AAC) associées à la tumeur pour le diagnostic précoce de cancer broncho-pulmonaire (CBP).

DU Q. et al.                Clin Respir J              2018                12        6          2020    2028

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/crj.12769

 

            Pour détecter le taux d'AAC associé à la tumeur (AACAT) dans le CBP et évaluer le diagnostic potentiel des AAC pour la stratégie de dépistage des CBP au stade précoce, les taux d'AACAT ont été mesurés contre un panel de 7 antigènes associés à la tumeur (AGAT : p53, PGP9,5, SOX2, GAGE7, GBU4-5, CAGE et MAGEA1) chez 397 patients avec lésions pulmonaires (305 avec CBP non à petites cellules [CBPNPC], 47 avec CBP à petites cellules et 45 avec nodule bénin) et 74 personnes comme contrôle sans aucun nodule pulmonaire après TDM pulmonaire.

            Le panel d'AACAT pourrait faire la distinction entre lésions malignes et bénignes et la population témoin avec une sensibilité de 56,53% et une spécificité de 91,60%. La spécificité pourrait être encore augmentée à 95,80% quand elle est combinée à la TDM. Les AACAT présentent aussi une forte valeur diagnostique du nodule malin et pourrait être une nouvelle méthode pour juger la malignité des nodules de moins de 8mm de diamètre. Aucune différence significative n'a été vue basée sur l'anatomopathologie, les stades des CBPNPC, la taille tumorale, l'âge ou le sexe.

            Il est conclu que cette étude confirme la valeur du panel des AACAT comme outil diagnostique combiné à la TDM thoracique.

(Commentaire :

  1. Krespine

L'éditorial AFAP post-14ème congrès à Annaba

Écrit par Massinissa TOUAZI le . Publié dans AGENDA ALGERIE

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

participants congrs afap annaba 2018 min min

C’est avec un grand plaisir que nous nous sommes retrouvés du  22 au 24 mars 2018 à Annaba à l’occasion du 14ème congrès de pneumologie de l’AFAP.

Un rendez-vous scientifique entretenu avec bonheur par l’inébranlable amitié Franco-Algérienne.

Ce congrès a abordé de nombreux thèmes d’actualité dans le domaine de la pneumologie. Il a été marqué par la grande qualité des communications et des échanges  animés par des intervenants de haut niveau et par de belles révélations de jeunes médecins locaux.

Ce congrès a aussi été l’occasion de visiter cette belle station balnéaire qu’est la ville d’Annaba, de flâner dans  sa vieille ville historique et de s’extasier devant les beautés architecturales de la basilique Saint-Augustin et de la mosquée de Sidi Merouane. Tout cela dans une atmosphere de convivialité Franco-Algerienne remarquable.

Nous renouvellons nos chaleureux remerciements  à tous nos confreres d’Algerie pour leur merveilleux accueil. 

Vivement 2019 où nous feterons la 15eme edition !

HTA - SAOS

le . Publié dans PUBLICATIONS

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Prévalence, caractéristiques et association du SAOS au contrôle de la pression artérielle chez les patients souffrant d’HTA résistante.

SAPIÑA-BELTRÁN E. et al.   Ann Am Thorac Soc           2019    16        11        1414    1421

https://www.atsjournals.org/doi/full/10.1513/AnnalsATS.201901-053OC

            Pour évaluer la prévalence du SAOS chez les sujets souffrant d’HTA résistante (HTAR) et évaluer l’association du SAOS au contrôle de la pression artérielle (PA) un total de 284 sujets avec HTAR a été inclus en analyse finale.

            Parmi eux, 83,5% avaient un SAOS (IAH ³ 5/heures), 31,7% avaient un SAOS léger, 25,7% un SAOS modéré et 26,1% un SAOS sévère. Les patients avec un SAOS sévère avaient des valeurs plus élevées de PA que les sujets avec SAOS léger à modéré ou sans SAOS. Un effet plus important était observé sur la PA nocturne moyenne, effet ajusté de 5,72 mmHg dans le SAOS sévère par rapport aux participants sans SAOS. Une association dose-réponse était observée entre la sévérité du SAOS et les taux de la PA. La prévalence du SAOS sévère était légèrement plus élevée chez les participants non contrôlés (OR : 1,69), mais ce n’était pas statistiquement significatif.

            Au total, la présente étude confirme la forte prévalence du SAOS chez les participants souffrant d’HTAR. De plus, il montre une association dose-réponse entre la sévérité du SAOS et les taux de PA, spécialement la nuit.

(Commentaire : On va tous finir avec un appareil sur la figure la nuit si ça continue)

  1. Krespine

Sarcoïdose - Couple - Qualité de vie

le . Publié dans PUBLICATIONS

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Qualité de vie des couples vivant avec une sarcoïdose.

VOORTMAN M. et al.          Respiration     2019    98        5          373      382

https://www.karger.com/Article/FullText/501657

            Pour évaluer la qualité de vie d’un couple vivant avec une sarcoïdose, et si vivre avec un(e) partenaire souffrant de sarcoïdose influence la qualité de vie du partenaire, les patients vivant en externe avec une sarcoïdose (n = 443) et leur partenaires (n = 208) ont complété plusieurs questionnaires incluant le questionnaire sur la qualité de vie-BREF de l’OMS, l’échelle d’évaluation de la fatigue, la liste du dépistage des neuropathies  des petites fibres nerveuses et le questionnaire sur les troubles cognitifs.

            La qualité de vie des partenaires comme des patients souffrant de sarcoïdose a été réduite par rapports aux témoins en bonne santé, particulièrement sur le plan de la santé physique. Tous les symptômes non spécifiques étudiés ainsi que le soutien social perçu prédisaient un domaine ou plus de la qualité de vie des patients souffrant de sarcoïdose mais ces facteurs ne prédisaient pas la qualité de vie de leurs partenaires.

            Il est conclu que la qualité de vie des partenaires de patients souffrant de sarcoïdose a été réduite bien que dans une moindre mesure que celle des patients. Bien que les symptômes non spécifiques et le support social perçu soient reliés à la qualité de vie des patients, cela n’a pas été le cas pour les partenaires. Dans la prise en charge de la sarcoïdose, il est important de se concentrer non seulement sur le patient mais également sur leurs partenaires.

(Commentaire : à prendre en compte c’est certain et finalement important)

  1. Krespine