Blog

FPI - EFx - Désaturation - ECG

Écrit par Claude KRESPINE le . Publié dans PUBLICATIONS

Innocuité de la désaturation à l'effort dans le Fibrose Pulmonaire Idiopathique (FPI) : une étude électrocardiographique (ECG).

VAINSHELBOIM  B.             Clin Respir J              2018    12        9          2426    2432

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/crj.12924

       Pour évaluer l'innocuité d'une désaturation cliniquement significative (DCS) et déterminer si des modifications anormales de l'ECG sont associées à la mortalité et des hospitalisations chez les patients souffrant de FPI, 34 patients avec FPI (68 ± 8 ans – 35% de femmes) ont eu un test d'effort cardiopulmonaire maximal (EFx) avec un ECG à 12 dérivations et une oxymétrie de pouls (SpO2) avec un suivi de 40 mois. La DCS a été envisagé lors d'une SpO2 < 95% ou une chute de ³ 5% des valeurs initiales.

       Tous les patients ont complété l'EFx sans évènements adverses ou des modifications de l'ECG mettant la vie en danger. En comparant les conditions au repos à ceux lors de l'effort, la prévalence d'une arythmie ventriculaire légère est passée de 3% à 18% et la DCS est passée de 21% à 79%. Il n'y a pas eu de relation entre la prévalence de l'arythmie et la DCS au cours de l'exercice. Une tendance à une moindre prévalence a été observée par la déviation du segment ST-T au cours de l'exercice. Les anomalies au repos et à l'exercice n'ont pas été associées à la mortalité ou aux hospitalisations au cours du suivi.

       En conclusion, la DCS au cours de l'EFx n'a pas été associée à des arythmies ventriculaires, une ischémie ou des complications chez les patients souffrant de FPI. Ces résultats suggèrent que l'EFx est généralement un examen sans danger chez les patients avec FPI, bien qu'une surveillance étroite des signes et symptômes y compris de l'ECG est fortement recommandé. Des recherches complémentaires sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

(Commentaire :

  1. Krespine

Emphysème - CRVP - RP¨ - FP - AP

Écrit par Claude KRESPINE le . Publié dans PUBLICATIONS

Effet additionnel sur la fonction pulmonaire et l'incapacité de la réhabilitation pulmonaire(RP) intensive après chirurgie de réduction du volume pulmoniare (CRVP) contre un emphysème sévère.

BIANCHI L. et al.        Respir Med                 2018    143      Oct      116      122

https://www.resmedjournal.com/article/S0954-6111(18)30288-9/fulltext

       Il a été évalué rétrospectivement la fonction pulmonaire (FP) et l'invalidité chez les patients avant et après CRVP et son effet additionnel sur le programme d'une RP intensive après CRVP vs contrôles appariés n'ayant pas eu de CRVP. Il a été également analysé les modifications chez les patients avec CRVP selon la présence ou non d'atélectasies. La FP et la tolérance à l'exercice (Test de marche de 6 minutes : TdM6') ont été comparées entre 39 patients (VEMS: 28,9 ­± 1,5 vr – VR : 236,1 ± 7,7) avec CRVP avant et après CRVP vs 39 et 32 contrôles (VEMS : 32,7 ± 8,3 vr) avant et après RP.

       Les patients CRVP ont présenté une plus grande amélioration que les contrôles sur la FP : différence entre les groupes : 3,8 pour le VEMS vr et pour le taux de réponse au test de marche de 6 minutes (12/39 vs 1/39 sujets). Les 2 groupes ont encore amélioré significativement le TdM6' après RP sans différence significative entre les groupes. L'atélectasie après CRVP a contribué principalement à l'amélioration du VEMS% vr, du VR% vr et au TdM6' par rapport à la fois aux patients avec CRVP sans atélectasie et aux contrôles.

       En conclusion, la CRVP améliore la FP (particulièrement le VR) et la tolérance à l'exercice, les patients avec atélectasie lobaire étant les plus améliorés. La RP après CRVP améliore encore plus la tolérance à l'exercice de tous les sous-groupes (atélectasie ou non).

(Commentaire : OUI à L'ACTIVITÉ PHYSIQUE POUR LA SANTÉ sur tous les plans)

  1. Krespine

Activités physiques - SAOS - Risques cardiométaboliques

Écrit par Claude KRESPINE le . Publié dans PUBLICATIONS

Activités physiques comme modérateur du SAOS et du risque cardiométabolique dans l'étude EPISONO (Sã.

MÔNICO-NETO M. et al.       Eur Respir J               2018    52        1701972

http://erj.ersjournals.com/content/52/4/1701972

       L'incidence du SAOS en relation avec l'activité physique et son rôle comme facteur de protection des patients souffrant de SAOS sur la survenue de maladies cardiométaboliques a été étudié à partir des données de 658 volontaires suivis entre 8-9 ans âgés de 20-80 ans.

       Les sujets actifs ont eu un moindre risque de développer un SAOS par rapport aux sujets non-actifs (RR: 0,877) et avec un risque réduit de survenue de diabète de type 2 chez les sujets actifs/apnéiques (RR: 0,493) par rapport aux sujets non actifs. L'équivalent métabolique a été associé négativement aux marqueurs cardiométaboliques tels que la CRP, l'IL-6, l'insuline, les triglycérides, l'évaluation du modèle d'homéostasie pour la résistance à l'insuline, l'indice du contrôle quantitatif de la sensibilité à l'insuline et la pression artérielle moyenne.

       L'activité physique a été un facteur protecteur contre le diabète de type 2 chez les sujets apnéiques, de plus en étant actifs le risque de survenue d'un SAOS a été réduit et a été associé à un meilleur profil cardiométabolique.

(Commentaire : mais surtout à ne pas confondre avec le sport)

  1. Krespine

Asthme - Education - Contrôle

Écrit par Claude KRESPINE le . Publié dans PUBLICATIONS

Impact d'une seule séance d'éducation de 10 minutes sur le contrôle de l'asthme mesuré par le Test de Contrôle de l'Asthme (ACT).

SCHUERMANS Q. et al.         Respir Med                 2018    143      Oct      14        17

https://www.resmedjournal.com/article/S0954-6111(18)30260-9/fulltext

       Cette étude prospective randomisée contre placebo en simple aveugle a évalué si une seule séance d'éducation effectuée par une infirmière spécialisée en pneumologie pouvait améliorer le contrôle de l'asthme évalué par l'ACT chez 160 asthmatiques adultes. La séance d'éducation a consisté en informations basiques sur le traitement de l'asthme et la technique d'inhalation pendant environ 10 minutes. Le groupe placebo n'a pas eu de séance d'éducation.

       Initialement, il n'y a pas eu de différences significatives en ce qui concerne les données démographiques des patients, leur degré de contrôle de l'asthme, leur connaissance du traitement ou la technique d'inhalation entre le groupe intervention et le groupe contrôle. Dans le groupe intervention, la séance d'éducation a entrainé un pourcentage significativement plus élevé de patients avec un asthme bien contrôlé avec un ACT>19 (43% vs 77%) après 3 mois. Dans le groupe contrôle le pourcentage restait identique (57% vs 67%). Il était également observé des améliorations dans la connaissance des traitements, de l'appareil et la technique d'inhalation dans le groupe intervention et non dans le groupe contrôle.

       Il est conclu qu'une seule séance d'éducation de 10 minutes effectuée par une infirmière spécialisée en pneumologie peut améliorer de façon substantielle le contrôle de l'asthme déterminé par le score ACT après 3 mois.

(Commentaire: et pourquoi une seule séance...?)

  1. Krespine

BPCO - Exacerbation - Complications

Écrit par Claude KRESPINE le . Publié dans PUBLICATIONS

Infarctus myocardique et AVC après exacerbations de BPCO.

ROTHNIE K. J. et al.             Ann THorac Surg       2018    15        8          935      946

https://www.atsjournals.org/doi/abs/10.1513/AnnalsATS.201710-815OC

 

            Pour quantifier les augmentations de risque d'infarctus myocardique (IM) et d'accident vasculaire cérébral (AVC) associées à une exacerbation aiguë à la fois modérée et sévère et pour rechercher les facteurs qui peuvent modifier ces risques, il a été inclus 5 696 participants adultes souffrant de BPCO avec un premier IM (n = 2 850) ou AVC (n = 3 010) et au moins une exacerbation aiguë.

            Les risques à la fois d'IM et d'AVC ont augmenté dans les 91 jours après l'exacerbation aiguë. Le risque a été plus majoré après une exacerbation sévère (rapport du taux d'incidence RTI: 2,58) pour un IM et de 1,97 pour un AVC par rapport à une exacerbation modérée (RTI : 1,58 pour un IM et 1,45 pour un AVC). Les risques relatifs d'IM et d'AVC associés à une exacerbation aiguë ont été moindres parmi ceux avec exacerbations plus fréquentes (ITR: 1,42 vs 1,69 pour l'IM et 1,30 vs 1,68 pour l'AVC). Un stade GOLD plus élevé a été associé à un moindre risque d'IM (ITR : 1,98 vs 1,69) mais non d'AVC. La prise d'aspirine initialement a été associée à un moindre risque d'AVC (ITR: 1,28 vs 1,63) mais non d'IM.

            En conclusion, les exacerbations aiguës de BPCO sont associées à une augmentation du risque d'IM et d'AVC dans les 28 jours après leur survenue. Plusieurs caractéristiques du patient ont été identifiées comme associées à ces survenues.

(Commentaire :

  1. Krespine