Blog

Coronavirus, enfin des News scientifiques fiables !

Écrit par Abdelghani BENTALEB le . Publié dans PUBLICATIONS

Une première cohorte de patients chinois vient d'être publiée au New England Journal of Médecine. Elle porte sur le profil de 1099 patients admis pour Covid + dont 43% sont originaires de la fameuse ville de Wulhan.

  • Moyenne d incubation est de 04 jours’On est surpris par une moyenne d âge de 47 ans contrairement à ce qui était dit jusque là. 0,9% ont moins de 15 ans.
  • La fièvre est présente dans 43,8% mais passe à 88% durant l'hospitalisation.
  • La toux est présente dans 67% des cas. Nausées, vomissements (5%) diarrhées (3,8%).
  • Les patients sévères ont plus de comorbidités 38,7% vs 21% non sévères.
  • Le diagnostic de pneumonie est notifié dans91% des cas, SDRA 3,8%.
  • La Radiologie prédomine sans surprise l’image en verre dépoli dans 56,4% des cas.

Elle est normale dans 17% chez les patients non sévères.

Biologie : lymphopenie 83,2%,thrombopénie 36,2% et leucopénie 33,7%.

Commentaire : on est surpris par l’âge moyen de 47 ans. Le reste est assez typique avec le verre dépoli radiologique et la lymphopenie qui prédomine. 03 % ont été admis en USC et 2% en réanimation.

Commentaire d’un collègue réanimateur à Annecy : la durée d'intubation du SDRA dans le covid + serait bien plus longue que pour celle de la grippe...

Dr. Toufik DIDI

On va dépister tous nos BPCO !

Écrit par Massinissa TOUAZI le . Publié dans PUBLICATIONS

Résumé : Formidable travail de l'équipe qui a conduit l'étude  NELSON ( Pays-bas et  Belgique ) : pour sélectionner la population de l’essai, 606 409 adultes âgés entre 50 et 74 ans , parmi lesquels 15 822 personnes (13 195 hommes et 2594 femmes) ont été randomisées entre un groupe dépistage par scanner (CT) et un groupe contrôle. La population concernée (dite à risque de cancer du poumon) avait les caractéristiques suivantes :

  • âgée de 50 à 74 ans,
  • fumeurs actifs ou sevrés il y a moins de 10 ans,
  • tabagisme  à plus de 15 cigarettes/jour pendant plus de 25 ans ou > 10 cigarettes/J pendant plus de 30 ans.

Recommandations dans l'asthme sévère

Écrit par Massinissa TOUAZI le . Publié dans PUBLICATIONS

Résumé :Cet article décrit  recommandations de l'ERS dans la gestion de l'asthme sévère;ils reposent essentiellement sur l'utilisation des nouvelles biothérapies dont l'efficacité est actuellement bien démontrée (ainsi que la  bonne tolérance) voici le resté des recommandations :

  • Quand le profil est eosinophilique : utiliser les anti IL5.
  • Utiliser les seuils de 260/ùl d'eosinophiles ou un NO exhalé > ou égal à 19,5 pour déterminer les sujets qui vont bien répondre à un traitement antiIGE.
  • Utiliser le tiotropium quand le stade 4 du GINA est atteint.
  • Si patient au stade 5 de GINA présente des exacerbations répétées ,il faudra utiliser l'azithromycine quel que fois le profil phénotypique de l'asthme.
  • Proposer les anti IL4 /IL13 chez les profils éosinophiliques mais sans seuil minimal d'eosinophiles sanguins requis.

Commentaire : Ces recommandations vient situer la place des nouvelles biothérapies dans l'asthme sévère.Ce sont des recommandations de riches qui  excluent les pays qui ne disposent pas  de  ces médicaments onéreux ni du NO  exhalé.

Toufik DIDI

Management of Severe Asthma: A European Respiratory Society/American Thoracic Society Guideline - PubMed

HTA - SAOS

le . Publié dans PUBLICATIONS

Prévalence, caractéristiques et association du SAOS au contrôle de la pression artérielle chez les patients souffrant d’HTA résistante.

SAPIÑA-BELTRÁN E. et al.   Ann Am Thorac Soc           2019    16        11        1414    1421

https://www.atsjournals.org/doi/full/10.1513/AnnalsATS.201901-053OC

            Pour évaluer la prévalence du SAOS chez les sujets souffrant d’HTA résistante (HTAR) et évaluer l’association du SAOS au contrôle de la pression artérielle (PA) un total de 284 sujets avec HTAR a été inclus en analyse finale.

            Parmi eux, 83,5% avaient un SAOS (IAH ³ 5/heures), 31,7% avaient un SAOS léger, 25,7% un SAOS modéré et 26,1% un SAOS sévère. Les patients avec un SAOS sévère avaient des valeurs plus élevées de PA que les sujets avec SAOS léger à modéré ou sans SAOS. Un effet plus important était observé sur la PA nocturne moyenne, effet ajusté de 5,72 mmHg dans le SAOS sévère par rapport aux participants sans SAOS. Une association dose-réponse était observée entre la sévérité du SAOS et les taux de la PA. La prévalence du SAOS sévère était légèrement plus élevée chez les participants non contrôlés (OR : 1,69), mais ce n’était pas statistiquement significatif.

            Au total, la présente étude confirme la forte prévalence du SAOS chez les participants souffrant d’HTAR. De plus, il montre une association dose-réponse entre la sévérité du SAOS et les taux de PA, spécialement la nuit.

(Commentaire : On va tous finir avec un appareil sur la figure la nuit si ça continue)

  1. Krespine