Quelles indications du scanner thoracique dans le cadre du COVID-19

Écrit par Abdelghani BENTALEB le . Publié dans PUBLICATIONS

L’essentiel

  • Réponse rapide n°1 : Privilégier les structures d’hospitalisation publiques et privées pour l’utilisation du scanner thoracique à des fins de diagnostic et de suivi des lésions pulmonaires du COVID-19.
  • Réponse rapide n°2 : Réaliser un scanner thoracique en cas de symptômes respiratoires avérés relevant d’une prise en charge hospitalière, chez un patient rt-PCR+ ou suspect, pour évaluer le degré de sévérité de l’atteinte pulmonaire et avoir un examen de référence.
  • Réponse rapide n°3 : Réaliser un scanner thoracique en cas de symptômes respiratoires relevant d’une prise en charge hospitalière pour orienter les patients en unité COVID-19 ou non COVID-19, en anticipation des résultats de rt-PCR qui ne sont pas immédiats et peuvent ne se positiver que secondairement.
  • Réponse rapide n°4 : Réaliser un scanner thoracique à visée pronostique en cas d’aggravation secondaire des symptômes.
  • Réponse rapide n°5 : Utiliser des comptes-rendus types afin de standardiser la description des images (disponibles sur le site de Société française de radiologie - Compte-rendu TDM THORACIQUE IV+ et Compte-rendu TDM THORACIQUE IV-)
  • Réponse rapide n°6 : Ne pas réaliser un scanner thoracique à des fins de dépistage chez des patients sans signes de gravité pour le diagnostic du COVID-19. 

    Cependant, chez l’adulte, en l’absence de disponibilité de test biologique rapide, la réalisation d’un scanner thoracique pour le dépistage de lésions pulmonaires silencieuses chez des patients de statut COVID non connu, peut être recevable en cas d’urgences (ne permettant pas d'attendre les résultats de la PCR) pour une autre pathologie, telles que :

    • Interventions chirurgicales en urgence, (ORL, oncologie, etc.) ;
    • Situations thérapeutiques urgentes (AVC, situation hémorragique, etc.).
  • Réponse rapide n°7 : Ne pas réaliser une radiographie du thorax à des fins de dépistage pour le diagnostic du COVID-19.
  • Réponse rapide n°8 : Ne pas réaliser une échographie thoracique à des fins de dépistage pour le diagnostic du COVID-19.
  • Réponse rapide n°9 : Les résultats scanographiques observés dans le cadre de l’infection au COVID-19 ne sont pas spécifiques à cette infection.

lien direct  source HAS

Consensus international sur le dosage des ANCA dans La granulomatose éosinophilique avec polyangéite (Le syndrome de Churg et Strauss)

Écrit par Abdelghani BENTALEB le . Publié dans PUBLICATIONS

An international consensus on antineutrophil cytoplasm antibodies (ANCA) testing in eosinophilic granulomatosis with polyangiitis (EGPA) is presented. ANCA, specific for myeloperoxidase (MPO), can be detected in 30–35% of patients with EGPA. MPO-ANCA should be tested with antigen-specific immunoassays in any patient with eosinophilic asthma and clinical features suggesting EGPA, including constitutional symptoms; purpura; polyneuropathy; unexplained heart, gastrointestinal, or kidney disease; and/or pulmonary infiltrates or hemorrhage. A positive MPO-ANCA result contributes to the diagnostic workup for EGPA. Patients with MPO-ANCA–associated EGPA have vasculitis features, such as glomerulonephritis, neuropathy, and skin manifestations, more frequently than patients with ANCA-negative EGPA. However, the presence of MPO-ANCA is neither sensitive nor specific enough to identify whether a patient should be subclassified as having “vasculitic” or “eosinophilic” EGPA. At present, ANCA status cannot guide treatment decisions, that is, whether cyclophosphamide, rituximab, or mepolizumab should be added to conventional glucocorticoid treatment. In EGPA, monitoring of ANCA is only useful when MPO-ANCA was tested positive at disease onset.

liens direct source ATS Journal