BPCO : activités physiques

Corrélations socio-environnementales de l'activité physique chez les patients souffrant de BPCO.

 

ARBILLAGA-ETXARRI A. et al    Thorax            2017      72     9          796      802

 

http://thorax.bmj.com/content/72/9/796

 

            Pour évaluer la relation entre les nouveaux facteurs socio-environnementaux tels que promener le chien, les grands-parents, la privation d'un voisinage, l'environnement résidentiel de verdure et la proximité d'espaces verts ou blues et la quantité comme l'intensité de l'activité physique, une étude transversale a recruté 410 patients souffrant de BPCO.

            Les patients étaient des hommes à 85%, avaient un âge moyen de 69 (9) ans et un VEMS post bronchodilatation de 56(17) % vr. Après ajustement sur l'âge, le sexe, le statut socio-économique, la dyspnée, la capacité à l'exercice et l'anxiété dans un modèle de régression linéaire, à la fois la promenade du chien et des grands-parents ont été associés significativement à une augmentation à la fois du temps d'une activité physique modérée à intense respectivement 18 et 9 minutes par jour) et, mesuré par accéléromètre, respectivement 76 et 59 unités/minutes. L'absence de voisinage, un environnement de verdure et la proximité d'espaces verts ou bleus n'ont pas été associés à l'activité physique.

            Il est conclu que la marche avec un chien ou avec les grands-parents a été associée à une plus grande quantité et intensité de l'activité physique chez les patients souffrant de BPCO.

 

(Commentaire : surtout ne confondons pas sports très mauvais pour la santé, et activités physiques fondamentales pour une bonne santé)

 

  1. Krespine