Sarcoïdose - Mortalité - Prédicteurs

Prédicteurs de mortalité de la Sarcoïdose.

KIRKIL G. et al.        Chest   2018    153      1          105-113

http://journal.chestnet.org/article/S0012-3692(17)31255-2/fulltext

            Pour évaluer la qualité pronostique des facteurs prédisant la mort respiratoire des patients souffrant de sarcoïdose pendant au moins 8 ans de suivi, les données sur l’âge, le sexe, l’ethnie auto-proclamée, le moment de la mort, les résultats spirométriques, la DLCO, le stade de la radiographie thoracique, l’étendue de la fibrose en TDM-HR, la présence d’une hypertension pulmonaire pré-capillaire (HTPPC), l’index Sexe-Âge-Physiologie (SAP) et les critères du Model Walsh pour le risque faible vs élevé ont été calculé sur un total de 452 patients qui avaient des tests fonctionnels pulmonaires complets et une imagerie thoracique.

CTVA - Lobectomie - Corticoïdes

Méthylprednisolone à forte dose dans la lobectomie par chirurgie thoracique video assistée (CTVA) : une étude randomisée contre placebo.

BIERREGAARD L.S. et al.  Eur J Cardiothorac Surg        2018    53        1          209-215

https://academic.oup.com/ejcts/article/53/1/209/4035740

            Dans l’hypothèse d’une augmentation de l’analgésie post opératoire de la prise de Méthylprednisolone (MP) à forte dose en pré opératoire, 120 patients adultes ont été randomisés pour la prise de 125mg de MP ou d’un placebo avant le début de la lobectomie par CTVA.

            96 patients ont été inclus en analyse première. La MP a diminué significativement les scores moyen de la douleur le jour de la chirurgie : au repos (échelle de notation numérique : 1,6 vs 2,0, P=0,019) et après mobilisation en position assise (échelle de notation numérique : 1,7 vs 2,5, P= 0,004), mais non pendant l’abduction du bras et la toux (respectivement P=0,052 et 0,083). Les nausées et la fatigue ont été réduites le jour de la chirurgie (P= 0,04 et 0,03) tandis qu’aucun résultat ne s’est amélioré à J1 et J2 post opératoire. La MP n’a pas augmenté le risque de complications mais a augmenté les taux de glycémie le jour de la chirurgie (P<0,0001).

En conclusion, la MP à forte dose en pré opératoire a réduit significativement la douleur au repos et après mobilisation vers une position assise le jour de la chirurgie, sans effet analgésique plus tard. Les nausées et la fatigue se sont améliorés sans effet secondaire en dehors des taux élevés post opératoires de la glycémie.

(Commentaire :

  1. Krespine

Asthme sévère - Reslizumab

Reslizumab IV ajustée selon le poids contre l’asthme sévère avec réponse inadéquate au Mepolizumab en sous-cutané à dose fixe.

MUKHERJEE M. et al.         Am J Respir Crit Care Med   2018    197      1          38-46

http://www.atsjournals.org/doi/full/10.1164/rccm.201707-1323OC

            La réponse au traitement par Reslizumab IV dose ajustée au poids a été comparée chez 10 patients asthmatiques prednisone-dépendant (éosinophiles dans l’expectoration > 3% et éosinophilie sanguine > 300 cellules/µL) traités jusque-là par Mépolizumab (100mg en sous-cutané toutes les 4 semaines pendant au moins un an). Ils ont reçu 2 infusions de placebo toutes les 4 semaines suivies de 4 infusions de 3,0mg/kg de Reslizumab toutes les 4 semaines.

Benzodoazépines - Risque - Pneumonie

Utilisation des agonistes du récepteur des Benzodiazépines et risque d’hospitalisation contre une pneumonie.

Une étude cas-témoins nichée basée sur une population nationale.

CHEN T-Y  et al.        Chest               2018    153      1          161-171

http://journal.chestnet.org/article/S0012-3692(17)31326-0/fulltext

Le risque d’hospitalisation contre une pneumonie par la prise d’agonistes du récepteur des benzodiazépines (ARBZ) a été étudié à Taïwan entre 2002 et 2012 chez 12 002 patients hospitalisés contre une pneumonie et 12 002 sujets témoins appariés sur le score de risque.

HTAP - Syndrome métabolique

Prévalence du syndrome métabolique chez les patients souffrant d'HTAP.

USSAVARUNGSI K.        et al.    Clin Respir J              2017     11       6          721      726

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/crj.12406/full

         Pour déterminer la prévalence du syndrome métabolique, phénotype de risque potentiel d'HTAP, chez les patients souffrant d'HTAP, une étude rétrospective de patients hospitalisés de janvier 1990 à octobre 2013 a exploré 1 287 patients. Seuls les patients avec HTAP confirmée par cathétérisation du cœur droit ont été inclus (n = 640 patients). L'HTAP a été classée en 4 groupes : Groupe 1.1: HTAP idiopathiques – Groupe 1.2 : HTAP génétique – Groupe 1.3 : HTAP induite par médicaments et toxiques