Bronchectasies - Charge bactérienne - Antibiotiques

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman",serif; mso-fareast-language:EN-US;}

Charge bactérienne des voies aériennes et réponse à un antibiotique inhalé dans les bronchectasies.

 

SIBILA O.  et al.        Am J Respir Crit Care Med               2019    200      1          33        41

 

https://www.atsjournals.org/doi/abs/10.1164/rccm.201809-1651OC

 

 

            Pour déterminer la relation entre la charge bactérienne et les résultats cliniques, évaluer la stabilité de la charge bactérienne avec le temps et tester l’hypothèse que la réponse aux antibiotiques inhalés pourrait être prédite par la charge bactérienne initiale, 3 études ont été effectuées.

Les études 1 et 2 ont été des études prospectives ayant inclus des adultes souffrant de bronchectasies. L’étude 3 a été une analyse post hoc d’un essai randomisé avec aztréonam inhalé. Les patients ont été divisé a priori selon la charge bactérienne en faible (< 105 cfu/g), modérée (105 - 106 cfu/g) et charge bactérienne élevée (³107 cfu/g) à partir des cultures quantitatives d’expectoration.

            La charge bactérienne a été un marqueur stable associé à la dégradation de la qualité de vie et à une inflammation majorée des voies aériennes dans les études 1, 2 et 3. Dans l’étude 3, les patients avec une forte charge bactérienne présentaient une amélioration du critère d’évaluation principal (Qualité de vie - Bronchectasies - Scores des symptômes respiratoires à la 4ème semaine) en faveur de l’aztréonam (différence moyenne de 9,7 points). Le pourcentage de patients qui ont obtenu une augmentation au-dessus de la différence minimale cliniquement importante était plus élevé dans le groupe aztréonam à la 4ème semaine (63% vs 37%) et à la 12ème semaine (62% vs 38%) seulement chez les patients avec une charge bactérienne élevée.

            Il est conclu que l’amélioration de la qualité de vie par aztréonam inhalé a été seulement évident chez les patients avec une forte charge bactérienne. La charge bactérienne peut être un marqueur utile de la sévérité de la maladie et de la réponse au traitement.

 

(Commentaire : très bonne idée pour économiser les antibiotiques et diminuer les résistances)

 

C. Krespine