SAOS -AGE - PD-L1

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Surrégulation de PD-L1 induite par l’hypoxie dépendant de l’âge chez les patients souffrant d’apnées obstructives du sommeil (AOS).

 

CUBILLOS-ZAPATA C. et al.         Respirology    2019    24        7          684      692

 

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/resp.13470

 

            Dans les apnées obstructives du sommeil, l’hypoxie intermittente compromet la surveillance immune à travers la surrégulation des Programmed cell Death-1 (PD-1) et leur ligand (PD-L1). Étant donné que le risque de cancer lié aux AOS dépend de l’âge, l’expression de PD-L1/PD-1 a été évaluée chez des patients à un âge moyen et plus âgés comme dans un modèle murin.

L’expression de PD-L1 a été étudiée chez 41 patients souffrant de AOS sévère et 40 volontaires en bonne santé (VBS), divisés en 2 groupes (≤ 55 et > 55 ans d’âge). Chez les sujets de > 55 ans, les AOS sévères ont augmenté la protéine de surface PD-L1 et l’expression du niveau de l’ARNm sur les monocytes et la concentration plasmatique de la protéine soluble PD-L1 par rapport aux VBS. PD-L1 et HIF (hypoxia-induced Factor)-1a corrélé à l’âge chez les VBS tandis qu’il y a une relation négative chez les patients avec AOS. Chez la souris exposée à une hypoxie intermittente, l’expression de PD-L1 sur les splénocytes F4/80+ a été seulement augmentée chez les jeunes animaux. L’expression HIF -1a a été significativement plus élevée chez les patients avec AOS que chez les VBS de plus de 55 ans, tandis que l’expression de PD-L1 sur les monocytes a été liée à l’expression de HIF-1a chez les patients jeunes avec AOS.

Il est conclu que la surrégulation de PD-L1 chez les patients avec AOS comme conséquence de l’activation de HIF-1a survient principalement chez les jeunes patients. Chez les patients plus âgés avec AOS, la surrégulation n’a pas été détectée possiblement due à une altération de la sensibilité à l’oxygène.

 

(Commentaire : voilà une belle explication possible, entres autres, à l’augmentation du risque de cancer par trouble des défenses immunitaires avec l’âge).

 

C. Krespine