Blog

Asthme - Syndrome des jambes sans repos

le . Publié dans PUBLICATIONS

 Relation entre le syndrome des jambes sans repos et asthme bronchique.

GÜGEN A.C. et al.   Clin Respir J                 2018  12      4       1460  1465

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/crj.12684

    Pour déterminer l'importance de la présence du syndrome des jambes sans repos (SJSR) et les facteurs liés au SJSR chez les asthmatiques, un total de 84 asthmatiques et 51 volontaires en bonne santé ont été inclus.

Asthme - sévérité - Traiteemnt - Non-Observance

le . Publié dans PUBLICATIONS

 Non-Observance à l'ère des biothérapies et de la thermoplastie contre l'asthme sévère.

LEE J. et al.    Eur Respir J         2018  51      1701836

http://erj.ersjournals.com/content/51/4/1701836

    La non-observance des traitements de prévention inhalés altère le contrôle de l'asthme. Les appareils électroniques de surveillance (AES) peuvent mesurer objectivement l'observance. Pour en rapporter leur utilisation chez des patients asthmatiques potentiellement aptes pour de nouveaux traitements comme les biothérapies et la thermoplastie 69 patients ont été évalués sur éligibilité à de nouveaux traitements, l'observance ayant été défini comme une prise de > 75% des doses prescrites évaluées par l'AES et comparée à l'évaluation médicale standardisée sur une période de 8 semaines.

Effets sur la santé d'un sommeil tardif !

Écrit par Toufik DIDI le . Publié dans PUBLICATIONS

 
Les personnes qui se couchent tard et ont du mal à émerger du lit le matin, ont un risque de mortalité plus élevé que les couche-tôt qui aiment se lever avec le soleil, selon une étude publiée le 11 avril 2018 dans le journal spécialisé Chronobiology International
Celle-ci, qui a porté - grâce à une base de données publique - sur un nombre important de personnes  près d'un demi-million d'habitants du Royaume Uni âgés de 38 à 73 ans, montre que les couche-tard ont un risque de décès, de toutes causes, de 10% plus élevé que les couche-tôt sur la période étudié de six ans et demi.

Tabagisme Risques Quantité ou Durée ?

le . Publié dans PUBLICATIONS

 La durée du tabagisme à elle seule fournit des estimations du risque de BPCO plus précises que le nombre de paquets/année (PA).

BHATT S.P. et al.    Thorax        2018  73      5       414    421

http://thorax.bmj.com/content/73/5/414

Le tabagisme à la cigarette est le facteur de risque le plus important de BPCO. Le danger du tabagisme est fréquemment mesuré en PA mais la contribution relative du nombre de cigarettes par jour versus la durée du tabagisme sur la survenue d'une pathologie pulmonaire structurelle, une obstruction bronchique et les résultats fonctionnels ne sont pas connus.

Les auteurs ont analysé les données transversales d'une large cohorte multicentrique de fumeurs actuels et anciens en incluant 10 187 sujets. Sur le rapport VEMS/CVF, le coefficient bêta standardisé sur la durée du tabagisme était plus important que pour le nombre de cigarettes/jour et le nombre de PA (P<0,001). Après classification, il y avait une augmentation linéaire des moyennes ajustée du rapport VEMS/CVF avec l'augmentation du nombre de PA et sur la durée dans tous les types de tabagisme à la cigarettes/jour mais une courbe relativement plate pour le nombre de cigarettes/jour sur toutes les types de durée du tabagisme. L'association de la durée du tabagisme avec la survenue de l'emphysème, du piégeage aérique, du VEMS, du test de marche de 6 minutes et du questionnaire St George a été également plus étroite que le nombre de PA.

Il est conclu que la durée du tabagisme fournit à elle seule des estimations du risque de BPCO plus fiables que l'indice composite du nombre de PA.

(Commentaires :  toujours rappeler aux patients que ce qui compte autant sinon plus que la quantité que l'on fume...c'est la durée du tabagisme dans le temps même si ce n'est qu'une seule cigarette par jour)

  1. Krespine